Sport

PSG-Metz : les notes du match

La suite après cette publicité

Ce mercredi soir, le Paris Saint-Germain accueillait le FC Metz au Parc des Princes en match en retard de la 1ère journée de Ligue 1. Le champion de France qui restait sur deux défaites consécutives en Ligue 1 face à Lens (1-0) et l’OM (1-0) devait absolument se reprendre pour s’éviter une nouvelle zone de turbulences. Privé de Neymar, Kurzawa, Paredes (suspendus), Mbappé (positif au Covid-19), Kehrer, Verratti et Florenzi, Thomas Tuchel alignait un 4-3-3 et enregistrait les retours de Navas, Marquinhos et Icardi dans son onze. Côté messin, Vincent Hognon optait pour un 3-4-3 avec le trio Boulaya, Diallo et Niane en attaque. Le PSG effectuait une entame timide et se procurait une première opportunité par Di Maria dont la frappe lointaine était déviée en corner (4e).

Les Parisiens se faisaient peur trois minutes plus tard avec un ballon de Boulaya pour Niane dans le dos de la défense mais Navas s’interposait bien dans les pieds de l’attaquant (7e). Le match s’animait et Di Maria lancé dans la profondeur butait sur Oukidja (9e). Le portier messin sauvait une nouvelle fois les siens en remportant son duel face à Sarabia (13e). Juste avant la demi-heure de jeu, le FC Metz manquait l’ouverture du score. Diallo lançait Boulaya à la limite du hors-jeu qui butait sur Navas bien sorti (25e).

Draxler sauve le PSG en fin de match

Au four et au moulin dans le premier acte, Di Maria distillait un bon centre pour Icardi dont la tête passait au-dessus (33e). Le PSG ne parvenait pas à percer le coffre-fort messin et s’en remettait à des frappes lointaines à l’instar de Gueye (37e). Juste avant la pause, Di Maria lançait Draxler qui perdait son duel face à Oukidja (39e). Au retour des vestiaires, le PSG s’installait dans le camp messin mais manquait d’ingéniosité dans le dernier geste. La rencontre se compliquait pour le champion de France avec l’expulsion de Diallo pour une faute sur Niane (66e). Il fallait attendre le dernier quart d’heure pour entrevoir une occasion parisienne. Sur la gauche, Draxler distillait un bon centre pour Icardi dont la reprise était repoussée par Oukidja (76e).

Paris poussait en fin de match, Icardi remisait pour Di Maria qui voyait sa frappe renvoyée par Oukidja (79e). Les occasions se multipliaient pour les Parisiens et Dagba s’incrustait dans la surface avant de voir sa frappe passer à côté (83e). Dans un temps fort, les hommes de Tuchel achevaient la rencontre à neuf suite à la blessure de Bernat (87e). Le FC Metz essayait de profiter de leur supériorité numérique et se procurait une belle occasion par Maziz dont l’intérieur du pied passait à côté (90+1). Dans les ultimes secondes, le champion de France ouvrait le score. Sur la gauche, Di Maria distillait un centre pour Icardi mal renvoyé par Oukidja, Draxler qui avait bien suivi marquait de la tête (1-0, 90+3). Dans la douleur, le Paris Saint-Germain lançait enfin sa saison en l’emportant face à Metz.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Di Maria (7,5) : après une rencontre médiocre face à l’OM, El Fideo s’est procuré les deux premières occasions parisiennes du match (4e, 9e) dont un duel perdu face à Oukidja. Sa passe lumineuse pour Sarabia aurait pu être décisive (13e). Très entreprenant, l’ailier argentin a essayé de prendre le jeu à son compte et d’insuffler le bon tempo à son équipe. L’ancien Madrilène aurait pu se muer en passeur décisif pour Draxler qui a perdu son duel face à Oukidja (39e). Au four et au moulin, l’international argentin n’a pas été récompensé de toutes ses initiatives. Suite à une remise d’Icardi, sa frappe est repoussée par Oukidja (77e). Dans les ultimes secondes, son centre mal négocié par Oukidja amène l’ouverture du score de Draxler (1-0, 90+3). Une belle prestation du numéro onze parisien ce soir.

PSG

  • Navas (6) : pour son premier match de la saison, le portier costaricien s’est rapidement distingué en sortant à bon escient dans les pieds de Niane (7e). L’ancien gardien du Real sauve son équipe en gagnant son duel face à Boulaya (25e). Un retour gagnant pour le dernier rempart parisien.

  • Dagba (5,5) : le titi parisien se distingue par une belle débauche d’énergie dans son couloir droit. Il a essayé d’apporter sur le plan offensif en débordant mais avec très peu de centres à l’arrivée. Son gros volume de jeu reste à souligner. Le latéral droit parisien s’est procuré une belle occasion en fin de match mais sa frappe n’a pas trouvé le cadre (83e).

  • Marquinhos (5,5) : le nouveau capitaine parisien n’a pas été trop mis à contribution dans le premier acte. Sa seule présence apporte de la sérénité à sa défense. Très peu sollicité, l’international auriverde a répondu avec sérieux dans ses rares interventions. Impliqué dans l’ouverture du score parisienne grâce à sa superbe transversale pour Di Maria.

  • Diallo (3,5) : l’ancien joueur du Borussia Dortmund a démarré la rencontre de la pire des manières en se faisant avertir rapidement (1ère) pour une faute sur Niane. Pour sa première titularisation de la saison, l’intéressé a mis du temps à entrer dans son match, déstabilisé par la rapidité d’exécution de Niane et Diallo notamment. A court de rythme, l’intéressé n’a pas convaincu ce soir et reçoit un deuxième carton jaune pour une faute sur Niane (66e).

  • Bakker (4) : titularisé dans le couloir gauche de la défense, l’ancien de l’Ajax s’est distingué par une belle activité sur son côté. Toujours généreux dans l’effort, il a essayé de combiner avec Di Maria. Très sérieux sur le plan défensif dans le premier acte. Un peu trop limité techniquement dans certaines phases de jeu. Remplacé à la 63e par Bernat qui n’a pas pu apporter grand-chose et a quitté les siens sur blessure (85e).

  • Herrera (5) : l’ancien milieu de Manchester United a bien couvert son côté droit dans l’entrejeu et compensé quand les circonstances l’exigeaient. Ses transmissions vers l’avant ont créé des décalages sans pour autant aboutir sur des situations dangereuses. Très impliqué, il a fait preuve de courage et de combativité au milieu.

  • Gueye (6,5) : le milieu sénégalais a essayé de toujours jouer vers l’avant, et d’orienter le jeu de son équipe. Sa frappe lointaine a été bien captée par Oukidja (37e). Son volume de jeu lui permet de bien sentir les coups notamment dans la récupération du ballon. Très combatif, l’ancien joueur d’Everton s’est projeté pour essayer de créer des différences. En vain malheureusement. Remplacé à la 84e par Fadiga qui a effectué ses débuts professionnels ce soir.

  • Draxler (5) : titularisé dans un milieu à trois avec Gueye et Herrera, l’international allemand n’a jamais été dans le bon tempo dans le premier acte. Ses trop nombreuses touches de balles ont ralenti le jeu de son équipe. L’intéressé bien servi par Di Maria a perdu son duel face à Oukidja (39e). Averti à la 56e pour une vilaine faute sur Centonze. Son excellent centre pour Icardi aurait pu être décisif (77e). Le milieu offensif allemand a profité de l’excellent travail de Di Maria et de la boulette d’Oukidja pour marquer de la tête et délivrer les siens (1-0, 90+3).

  • Sarabia (4) : décevant face à l’OM, l’ailier espagnol devait se racheter ce soir. L’intéressé n’a pas su profiter d’une offrande de Di Maria pour ouvrir le score (13e). Très mobile, l’ancien joueur du Séville FC n’a pas toujours effectué les bons choix dans le premier acte. Invisible dans le second acte, remplacé à la 68e par Kimpembe qui a sauvé les siens en fin de match devant Centonze (88e).

  • Icardi (3) : pour son retour sur les terrains, l’attaquant argentin n’a pas cadré ses têtes sur deux excellents centres de Di Maria (12e, 33e). L’ancien buteur de l’Inter Milan a gâché une incroyable occasion sur un excellent centre de Draxler (77e). Sa bonne remise pour Di Maria aurait pu être décisive (77e).

  • Di Maria (7,5) : voir ci-dessus.

Metz

– Oukidja (6) : quelques petites frayeurs : sur une frappe Di Maria (4e) puis devant Icardi. Mais aussi des éclairs et de belles parades : face à Di Maria (8e) puis magnifiquement devant Sarabia (14e). Il captait sereinement une frappe, un peu molle, de Gueye (37e). Peu académiquement, il écœurait ensuite Draxler sur un face à face remporté (39e). Il s’imposait du pied face à Icardi, dont la frappe au point de penalty n’était pas assez placée (77e) et quelques secondes après contre Di Maria (78e). Mais la petite erreur de prise de balle, renvoyée sur Draxler, aura empêché son équipe de ramener un point du Parc des Princes (90e+3).

– Centonze (5,5) : sur son côté, il est souvent offensif et cela n’a pas manqué encore ce mercredi soir. En tant que piston droit, donc un peu plus haut que d’habitude, il ne s’est pas laissé aspirer par la folie offensive et n’a pas oublié de défendre. Il a aussi pris plaisir à prendre part aux contre-attaques. Averti à la 61e minute.

– Boye (7) : capitaine et pilier de la défense messine, le Ghanéen avait la charge d’Icardi, ce qu’il a plutôt bien assumé dès le début de match en étant présent dans les duels et dans le jeu aérien à l’image d’une intervention propre sur un centre (17e). Il a pris énormément de ballons dans la surface, en sauvant même une situation devant sa ligne (39e). Et encore en taclant parfaitement sur un centre de Dagba. Régnant dans les airs et serein dans ses interventions et dans la couverture, il a réussi un très bon match malgré son impuissance sur le but de Draxler.

– Bronn (4,5) : lui non plus, il n’a pas à rougir de sa performance dans la défense messine en colmatant les brèches comme sur une remise d’Icardi dans la surface (26e). Globalement, et comme toute la défense messine, il a fait le job en ne concédant pas tant d’occasions que cela même s’il n’a pas pu empêcher Draxler d’inscrire le but de la victoire (90e+3).

– Delaine (5) : à l’image de Centonze, son alter ego du côté droit, il s’est projeté et a tenté d’apporter le surnombre en attaque. Tout en se replaçant évidemment en défense avec un bon jaillissement devant Icardi (38e) comme principal fait d’armes. Un déboulé en fin de match et un centre bien ajusté aurait pu être salvateur si Ambrose avait des jambes plus grandes de quelques centimètres (89e).

– Fofana (4,5) : repositionné dans la défense à 3, le Malien a été solide, rarement pris à défaut grâce à sa vitesse, son bon positionnement et son bon comportement dans les duels. Un match sérieux où il a fait ce qu’il avait à faire sans trembler. Même si la défense a craqué au final, il n’a rien eu à se reprocher.

– Pajot (4,5) : l’ancien stéphanois a essayé d’apporter à sa manière, avec un bel abattage devant sa défense pour contenir les offensives parisiennes. Plus porté sur les tâches défensives, il a évolué plus bas que son compère Maïga qui en a profité pour se projeter un peu plus vers l’avant.

– Maïga (4,5) : plus discret que ses coéquipiers en première période, il n’a cependant rien à se reprocher, participant au bon maillage tactique de son équipe. Averti dès le retour des vestiaires (46e). Rassuré par le positionnement en sentinelle de Pajot, il a pris quelques libertés offensives en seconde période.

– Boulaya (5) : en meneur de jeu, il a essayé de se montrer entre les lignes pour participer un maximum à la construction du jeu de son équipe. À l’aise techniquement, il donnait un bon ballon dans la profondeur à Niane (7e). Servi dans la surface par Diallo, sa frappe était repoussée par Navas (25e). Vraiment dépositaire du jeu, il donnait un caviar à Niane, finalement surpris et un peu court (39e). Un meilleur contrôle aurait pu lui permettre de frapper, bien décalé par Diallo (54e). En vue en première mi-temps, il s’est éteint au fil du match. Remplacé par Ambrose (81e). Après le débordement de Delaine, il était trop court pour dévier le ballon dans les buts de Navas (89e).

– Niane (5,5) : remuant d’entrée, il a mis en difficultés Abdou Diallo, se retrouvant même en face à face avec Navas mais son contrôle était trop long (7e). Trouvé au second poteau par Boulaya, il était trop court pour marquer (39e). Il provoquait aussi le deuxième carton jaune de Diallo (65e). Il s’est agité sur le front de l’attaque et a réussi à conserver quelques bons ballons pour faire remonter son bloc. Remplacé par Maziz (81e). Une frappe passée de peu à côté aurait pu créer l’exploit pour les hommes de Vincent Hognon (90e+1).

– Diallo (4,5) : il se procurait la première occasion mais se trouvait un peu court pour pouvoir bien frapper (2e). Présent devant le but et dans le jeu, il donnait un bon ballon à Boulaya qui ne concluait pas (25e). Il a tenté de peser sur Marquinhos, sans réelle réussite. Remplacé par Nguette à la 73e. Le Sénégalais s’est battu pour tenter d’exister, mais a manqué de soutien lors de la grande domination de fin de match des Parisiens.

Foot Mercato

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer